Entête

Giro d'Italie 2014

Séparation Titre-Texte

Cette édition 2014 du Tour d'Italie s'élancera en Grande-Bretagne à Belfast le vendredi 9 mai. Après 3 étapes entre Grande-Bretagne et Irlande, les coureurs enchaineront dans le sud de la botte italienne avant de remonter vers les régions montagneuses au Nord. Les favoris auront largement l'occasion de se départager sur le massif alpin. On pourra de plus remarquer que le parcours totalise 3 contre-la-montre, dont un par équipe. Le tracé devrait cependant avantager les grimpeurs.


Le Parcours

Séparation Titre-Texte

Carte du Giro d'Italie 2014

Légende

Séparation Titre-Texte

Haute-Montagne : Haute-Montagne
Moyenne-Montagne : Moyenne-Montagne
Vallon-Pavé : Vallon-Pavé
Pavé : Pavé
Vallon : Vallon
Contre-la-montre : Contre-la-montre
Plaine : Plaine
Contre-la-montre-par-équipe : Contre-la-montre-par-équipe

Les étapes

Séparation Titre-Texte

1BelfastBelfastclm-equipeGrande-Bretagne22 km
2BelfastBelfastplaineGrande-Bretagne218 km
3ArmaghDublinplaineIrlande187 km
4GiovinazzoBariplaineItalie121 km
5TarantoViggianovallonItalie200 km
6SassanoMontecassinovallonItalie247 km
7FrosinoneFolignoplaineItalie214 km
8FolignoMontecopiolomoy-montagneItalie174 km
9LugoSestolamoy-montagneItalie174 km
10ModèneSalsomaggiore termeplaineItalie184 km
11ColecchioSavonevallonItalie249 km
12BarbarescoBaroloclmItalie46 km
13FossanoRivarolo canaveseplaineItalie158 km
14AglièOropahte-montagneItalie162 km
15ValdengoPlan di Montecampionehte-montagneItalie217 km
16Ponte di legnoVal Martellohte-montagneItalie139 km
17SarnonicoVittorio venetoplaineItalie204 km
18BellunoRefuge Panarottahte-montagneItalie171 km
19Bassano del grappaMonte GrappaclmItalie27 km
20ManiagoMonte Zoncolanhte-montagneItalie167 km
21Gemona del friuliTriesteplaineItalie169 km


Résultat

Séparation Titre-Texte

1. Nairo Alexander Quintana RojasColombie126.50(pts)
2. Rigoberto UranColombie91.10
3. Fabio AruItalie65.90
4. Pierre RollandFrance59.00
5. Domenico PozzovivoItalie96.40
6. Rafal MajkaPologne117.30
7. Wilco KeldermanPays-Bas85.30
8. Cadel EvansAustralie107.40
9. Ryder HesjedalCanada34.50
10. Robert KiserlovskiCroatie40.00

Rogers remporte l'étape, Quintana le Giro !

mai

31

Séparation Titre-Texte

Cette avant-dernière étape de ce Giro d'Italie 2014 a connu un dénouement quelques peu mouvementé. En effet, le fait que la victoire allait revenir aux échappés n'a très vite fait aucun doute. Avec 19 coureurs dans l'échappé, un écart s'est très vite creusé, pour le plus grand bonheur des hommes forts du groupe, comme Pellizotti, Zoidl, Monfort ou encore Nicolas Roche... Finalement, Francesco Manuel Bongiorno semblait s'être démarqué en compagnie de l'australien Michael Rogers. Alors que la victoire semblait vouloir se jouer entre les deux coureurs, un spectateur a bousculé l'italien, permettant ainsi à Rogers d'aller chercher sa deuxième victoire sur l'épreuve italienne.


Sur les pentes du Monte Zoncolan, Rogers a donc devancé Pellizotti et Bongiorno. Dans le peloton, peu de mouvements de course n'ont eu lieu avant l'ascension finale. On a longtemps attendu une attaque du français Pierre Rolland, 4e du Général, dés le Stella Razzo, à 40 kilomètres de l'arrivée. Aucune initiative lointaine n'est survenu. Dans le Monte Zoncolan, mise à part une attaque de Robert Kiserlovski, plusieurs favoris sont apparus en bout de course. C'est le cas du 3e et 4e du Général, respectivement Aru et Rolland, qui n'ont pas pu suivre le rythme du duo gagnant, Quintana et Uran. Le maillot rose, Quintana, n'est jamais apparu en difficulté. Il va ainsi remporter son premier grand tour à 24 ans et succéder à Lucho Herrera, dernier colombien à avoir remporter un Grand Tour en 1978.




Le Monte Zoncolan s'invite sur les routes du Giro !

mai

30

Séparation Titre-Texte

La veille de l'arrivée à Trieste, le Giro d'Italie dévoile enfin son ascension star de ces dernières années. En effet, le Monte Zoncolan sera aujourd'hui proposé comme juge de paix de ce Giro où sera jugée l'arrivée de cette vingtième étape. Située après 150km de course et quelques ascensions, la difficulté propose 10km à 11%, assurant ainsi un final dantesque, où personne ne pourra se cacher d'une éventuelle méforme.


De plus, avec le contre-la-montre d'hier, on a pu constater que, si certains favoris finissent ce Giro sur des bases négatives, d'autres à l'image de Fabio Aru ou de Nairo Quintana, sortent encore des performances exceptionnels à l'image du contre-la-montre sur les pentes du Monte Grappa. Enfin, Pierre Rolland, plus à l'aise en tant qu'attaquant que rouleur dans les contre-la-montre, devrait logiquement passer à l'attaque comme il l'a si souvent fait lors de cette dernière semaine.



Quintana dominateur sur le Monte Grappa !

mai

30

Séparation Titre-Texte

Cette dix-neuvième étape devrait bien avoir des répercussions impressionnantes sur les résultats de ce Giro d'Italie 2014. En effet, le peloton s'était confronté au Cima Grappa (19km à 8%) et les écarts lors de ce contre-la-montre individuel ont été très conséquent. A l'arrivée, alors que l'italien Fabio Aru semblait avoir main mise sur l'étape, avec une attitude impressionnante, c'est finalement le maillot rose, le colombien Quintana, qui l'a emporté, 17" avant Aru.


Uran a complété le podium à 1'26", devant Rolland à 1'57", Pozzovivo à 2'24". Côté favoris, Majka, Evans et Kelderman réalisent une mauvaise opération, concédant plus de 3'30" sur le vainqueur du jour. Au Général, Quintana devance Uran et Aru. Rolland est lui descendu à la 4e place, 5'26". Désormais, la 3e place, à plus de 1'30" du français, semble difficilement accessible...



Arredondo convaincant, Pierre Rolland aussi !

mai

29

Séparation Titre-Texte

Cette dix-huitième étape entre Belluno et le Refuge Panarotta proposait tous les éléments pour assister à une belle étape. La composition de l'échappé était d'ailleurs à la hauteur. En effet, avec De Gendt, Basso, Pelizotti, Arredondo, Sella, Cataldo ou encore Duarte, les grimpeurs ne manquaient pas à l'avant. Marquée par une lutte pour le maillot bleu de meilleur grimpeur entre Arredondo et Tim Wellens, dont Arredondo est sorti vainqueur, l'échappée à quant à elle pris une avance de près de 7 minutes avant la montée finale vers le Rifugio Panarotta.



Avec les éléments présents à l'avant, il ne faisait presque aucun doute que l'un de ceux-ci allait l'emporter. Dés le début de l'ascension, De Gendt est tout de suite sorti, avant de craquer et de laisser place aux offensives colombiennes entre Duarte et Arredondo. De cette lutte, Arredondo sortira vainqueur, 17" avant son compatriote.



A l'arrière, dans le groupe des favoris, la lutte ne va commencer qu'à 5 kilomètres de l'arrivée sous l'impulsion du français d'Europcar Pierre Rolland. Ce dernier, attaquant inarrêtable sur les routes de ce Giro, n'a malheureusement pas pu tenir jusqu'à l'arrivée. Toutefois, il a créé une véritable sélection, éliminant notamment Hesjedal et Evans définitivement, Majka, Aru, Pozzovivo l'espace de quelques hectomètres. Finalement, Rolland repris à 700 mètres de la ligne, Aru s'est détaché, reprenant 3 secondes sur Quintana et Uran, 6 secondes sur Rolland, Pozzovivo et Majka. Malgré cela, le français a tout de même fait une grosse impression et remonte à la 3e place du Général, 2 secondes devant Aru et Majka.



Demain, le peloton réalisera un contre-la-montre montagneux sur le Cima Grappa. Avant le Monte Zoncolan après demain, l'épreuve chronométrée devrait nous livrer les premières clés du dénouement de ce Giro.



Stefano Pirazzi l'emporte en baroudeur !

mai

28

Séparation Titre-Texte

Cette 17e étape entre Sarnonico et Vittorio Veneto s'annonçait réellement comme une étape sans grand enjeux. En effet, sans grande difficulté, celle-ci était destinée aux sprinteurs ou encore baroudeurs. Ces derniers ont d'ailleurs eu l'occasion de s'exprimer.

Or, après 80km de tentatives d'échappés infructueuses, c'est finalement un groupe de 28 coureurs qui s'est détaché... définitivement. En effet, ni l'équipe Movistar du maillot rose, ni les équipes de sprinteurs n'ont finalement réagi et l'écart s'est progressivement accentué pour atteindre 15 minutes à l'arrivée. Sans autre évènement particulier, la victoire s'est finalement jouée dans le groupe d'échappés dans lequel la lutte a déjà fait rage à 30 kilomètres de l'arrivée, où Wellens, Montaguti, McCarthy, Pirazzi et De Gendt se sont détachés, sur l'initiative de ce dernier. Finalement, Pirazzi l'a emporté au terme d'une attaque décisive. Wellens et McCarthy ont ensuite complété le podium...



Demain, les coureurs repartent en haute montagne entre Belluno et le refuge Panarotta, où sera jugée l'arrivée à 1760m d'altitude. Le parcours >>>



Nairo Quintana fait coup double !

mai

27

Séparation Titre-Texte

Cette seizième étape a largement remis en question le rapport de force dessiné jusqu'à présent sur ce Giro d'Italie 2014. En effet, entre Ponte di Legno et Val Martello, le peloton a franchi 3 grandes difficultés dont le Passo Gava, le Passo Stelvio et la montée finale vers Val Martello. Les 139km de parcours ont longtemps été marqués par des conditions de course exécrables. Les coureurs ont d'ailleurs rencontré la neige dans le Passo Stelvio, où plusieurs coureurs vont prendre le large, à près de 70km de l'arrivée. Parmi eux, Nairo Quintana, Ryder Hesjedal sont présents ainsi que le français Pierre Rolland, depuis plusieurs jours à l'attaque sur les routes du Tour d'Italie.

Malgré les conditions parfois contestées de l'attaque, alors que la descente du Stelvio avait été "neutralisée", le coup est tactiquement très bien réalisé. En effet, les 3 hommes et quelques autres coureurs vont compter 1'40" en bas de la descente. Derrière, les Saxo-Tinkoff de Rafal Majka et les Ag2r de Domenico Pozzovivo sont forcés de réagir face à l'impuissance de l'équipe Omega Pharma-Quick Step, équipe du maillot rose Rigoberto Uran. En effet, l'écart pouvait déjà permettre à Quintana de se replacer à moins d'une minute... Cependant, dans l'ascension de Val Martello, le trio mené par un Quintana lucide et impressionnant vont accentuer leur avance, permettant au colombien de devenir leader provisoire. Face à son rythme démentiel, le grimpeur français Pierre Rolland va ensuite lâcher tandis que la lutte fait rage à l'arrière entre les autres favoris, où Rigoberto Uran, leader de l'épreuve peine...



A l'arrivée, Quintana va finalement s'imposer devant le canadien Hesjedal, très combatif, qui finit à seulement 8" du colombien. Rolland finit à 1'13". Kelderman, Pozzovivo et Aru arriveront 2'20" plus tard. Le maillot rose, Uran, va quant à lui finir à plus de 4 minutes de son compatriote, vainqueur du jour.



Au général, Quintana s'empare de la tête du classement. Il a donc pris 1'41" d'avance sur Uran et 3'21" sur Evans. Rolland se replace 4e à 5" du podium. Il est cependant talonné par Majka, Aru, Pozzovivo, Kelderman et Hesjedal qui pointent tous à moins d'une minute du français. Demain, les coureurs parcourront une étape bien plus plate entre Sarnonico et Vittorio Veneto : Sarnonico > Vittorio Veneto

.



Fabio Aru devant les colombiens !

mai

25

Séparation Titre-Texte

Cette 15e étape entre Valdengo et Plan di Montecampione ne présentait qu'une seule difficulté, au terme de laquelle était jugée l'arrivée. Avec ses 20km à 7.5% de pente moyenne, les favoris disposaient de tous les éléments pour se bagarrer. Au début de l'étape, une douzaine de coureurs ont pris le large parmi lesquels Cunego et Maxime Bouet. Cependant, ne disposant d'un écart que très réduit au début de l'ascension, ses derniers n'ont pas pu défendre leurs chances bien longtemps.

Après un écrémage assez conséquent en début d'ascension, la lutte réelle n'a finalement commencée que dans les cinq derniers kilomètres d'ascension et l'attaque une nouvelle fois du Français Pierre Rolland. Ce dernier ne devait probablement pas imaginer que le maillot rose en personne, Rigoberto Uran, allait le contrer. Pozzovivo est alors décramponné. En forme, le coureur du Team Europcar, Rolland, est alors reparti à nouveau 1km plus tard. Il est immédiatement suivi par Aru et Uran. Quintana, intelligemment, a préféré revenir en douceur... Cependant, Aru a de nouveau contré, s'envolant alors vers la victoire. Quintana, Duarte et Rolland terminent à 22 secondes... Uran arrive à 42 secondes, Majka à 57 secondes. Au delà de la minute, Evans, Kelderman et Pozzovivo sont les perdants du jour.

Au Général, Uran devance désormais Evans de 1'03", Majka de 1'50" et Aru de 2'24". Quintana se rapproche à 2'40" et Rolland remonte à la huitième place à 4'47" : Le français regagne encore du temps et remonte progressivement vers les top5, pour l'instant encore hors d'accès, à plus de 2 minutes.





Battaglin l'emporte, Quintana se rassure !

mai

24

Séparation Titre-Texte

La première étape de haute montagne entre Agliè et Oropa a permis une première grosse explication entre les favoris. Si de nombreux attaquants matinaux ont trusté les dix premières places de l'étape, l'épreuve n'en était pas moins intéressante au coeur du peloton. En effet, si Enrique Battaglin a manoeuvré tactiquement pour l'emporter au sommet devant Cataldo et Pantano, certains favoris ont fait de même preuve de nombreuses stratégies.
A 5km de l'arrivée, alors que le peloton semblait sous le contrôle de l'Omega Pharma-Quick Step, équipe du maillot rose, l'italien Domenico Pozzovivo est passé à l'attaque, immédiatement suivi par le colombien Nairo Quintana, qui s'était pourtant déclaré grippé. Uran et Evans n'ont pas pu suivre. Au final, Quintana a devancé Uran de 25 secondes. D'autres favoris dont Majka, Kelderman et Pozzovivo, ont regagné quelques secondes sur le leader du Général. De même, Pierre Rolland, 14e de l'étape, parti en début d'ascension, a repris du temps. Il pointe désormais à la 9e place du Général. Demain, les coureurs arriveront au Plan di Montecampione, après près de 20km d'ascension. On devrait pouvoir y obtenir quelques réponses.



Marco Canola, en baroudeur !

mai

23

Séparation Titre-Texte

Cette 13e étape du Giro se déroulait sur un tracé plat, destiné aux sprinteurs. Finalement, c'est bien l'échappé qui est arrivée en tête à Rivarolo Cavanese. Des 6 coureurs partis au départ, seuls 3 vont se disputer la victoire. L'italien Marco Canola va devancer Jackson Rodriguez et Angelo Tulik. Dans le peloton, longtemps attentiste, finalement piégé, Nacer Bouhanni a pris la 4e place... Preuve que le français n'a pas dit son dernier mot, même avec déjà 3 victoires.



Uran créé la sensation !

mai

22

Séparation Titre-Texte

Qui aurait pu envisager une telle démonstration lors de cette douzième étape, disputée sous forme de contre-la-montre ? Sur le parcours accidenté, entre Barbaresco et Barolo, le colombien Rigoberto Uran a réalisé une véritable démonstration de force. En effet, alors qu'on attendait plus le colombien sur les étapes de montagne, ce dernier a distancé de 1'34" Cadel Evans, pourtant spécialiste de la discipline, arrivé 3e à Barolo. L'étonnant puncheur italien Diego Ulissi a signé le second chrono à 1'17" du vainqueur. Le contre-la-montre a donc rebattu les cartes au Général. En effet, alors qu'on attendait Cadel Evans quasiment hors d'atteinte après le chrono, Uran est donc le premier colombier à revêtir le maillot rose. Il devance Evans de 37" et le polonais Rafal Majka d'1'52". Côté français, Pierre Rolland, 12e, pointe à 5'45".



Michael Rogers : Quel numéro !

mai

21

Séparation Titre-Texte

Cette 11e étape du Giro d'Italie reliait Collechio et Savone le long d'un parcours de 249km. Cette longue étape a très rapidement permis la formation d'une échappé de 14 coureurs, dont Roche, Sicard, Moreno, Moser, Quémeneur notamment... Peu d'évènements ne vont finalement entraver les kilomètres parcourus. Dans le dernier col, le Naso di Gatto, quelques coureurs vont tenter leur chance dont Rolland et Arredondo, en vain. Finalement, l'australien Michal Rogers va créer la surprise en sortant du peloton à 25 kilomètres de l'arrivée, en solitaire. Le peloton ne reviendra pas : l'australien, triple champion du monde du contre-la-montre, a donc conclu un des plus beaux succès en solitaire. De bonne augure pour le contre-la-montre demain entre Barbaresco et Barolo (42km). Le parcours est d'ores-et-déjà disponible ici >>>



Bouhanni passe la troisième !

mai

20

Séparation Titre-Texte

Entre Modène et Salmaggiore Terme, le parcours ne se prêtait pas à de grandes offensives. En effet, sur un parcourt plat, l'étape était réellement destinée aux sprinteurs. Au total, 2 échappés sortiront du peloton : Andrea Fedi et Marco Bandiera. Alors que les sprinteurs semblaient avoir une situation plus que favorable, 2 éléments on failli les faire échouer. D'une part, l'échappé comptait encore 4 minutes d'avance à 20km de l'arrivée. D'autre part, lors de la dernière côte du jour, les équipes des favoris ont décidé d'accélérer, ce qui a entrainé une désorganisation des sprinteurs. Toutefois, à l'arrivée, les meilleurs se sont quand même présentés à l'avant. Et une nouvelle fois, le français Nacer Bouhanni a devancé Nizzolo et Matthews. Avec 3 victoires, celui-ci est donc pour l'instant le plus victorieux sur ce Giro 2014...



Pieter Weening devance Malacarne

mai

18

Séparation Titre-Texte

La victoire de cette neuvième étape entre Lugo et Sestola a longtemps été indécise. En effet, après quelques kilomètres de course, 13 coureurs ont pris le large. Parmi eux, on retrouve Weening, Malacarne, Duque ou encore Gatto. Côté français, seul Julien Bérard est présent. Finalement, l'échappé a suivi son cours sans aucune attaque des favoris avant les dix derniers kilomètres. Weening et Malacarne en ont profité pour fausser compagnie aux autres échappés. Au sprint, le néerlandais l'a finalement emporté sur l'italien.
Côté favoris, après Alexandre Geniez, c'est finalement l'équipe Ag2r la Mondiale qui a le plus secoué l'avant-garde du peloton. Ainsi, Vuillermoz est d'abord sorti. Ce dernier a ensuite assisté son leader Pozzovivo sorti quelques hectomètres plus loin. L'italien a au final pu récupérer une trentaine de secondes sur les autres favoris... Demain, les coureurs disposeront d'une journée de repos.



A Ulissi la victoire, à Rolland la déception !

mai

18

Séparation Titre-Texte

Cette huitième étape entre Foligno et Montecopiolo était la première susceptible d'ouvrir un débat direct entre les favoris. Sur cette première étape de moyenne montagne, les favoris se sont longtemps observés derrière le groupe d'échappés, comprenant notamment Julian David Arredondo, Stefano Pirazzi ou Edvald Boasson Hagen.
Dans une course qui ne semblait vouloir se résumer qu'à la seule dernière ascension, le français Pierre Rolland attaque dans la descente de la première difficulté du jour, le Cippo di Carpegna, à 30 kilomètres de l'arrivée. Bénéficiant d'une minute d'avance à la fin de la descente et de l'aide de son équipier, Perrig Quemeneur, parti dans l'échappé, le grimpeur se retrouve dans une situation favorable. Rattrapant Julian David Arredondo à 3 kilomètres de l'arrivée, la victoire semble plus que possible. Ce sont finalement les 300 derniers mètres qui vont sceller le destin du coureur.
En effet, l'arrivée d'un Daniel Moreno explosif ainsi que du reste du groupe des favoris mettent un terme à son échappé. Finalement, derrière Moreno, c'est l'italien Diego Ulissi, déjà vainqueur sur cette édition, qui remporte l'étape devançant Kiserlovski et Kelderman. Evans arrive à 8 secondes, Rolland à 24 secondes. Evans prend donc la tunique rose de leader et devance désormais Uran de 57 secondes et Majka de 1'10". Côté français, Rolland pointe 13e à 2'56".
Au delà même des résultats, l'étape a soulevé plusieurs interrogations. En effet, alors que l'on croyait Ulissi destiné aux terrains accidentés, ce dernier l'a emporté en moyenne montagne. A 24 ans, on peut donc se demander si celui-ci ne jouera pas finalement des places d'honneur sur un Grand Tour. De même, Pierre Rolland semble dans une bonne phase de forme. Si son attaque s'est révélée infructueuse, il pointe tout de même à la treizième place et garde toutes ses chances de bien figurer à Trieste. Demain, les favoris auront l'occasion de se dévoiler un peu plus sur une nouvelle étape de moyenne montagne, entre Lugo et Sestola. Etape 9 : Lugo - Sestola >>>



Nacer Bouhanni encore devant !

mai

16

Séparation Titre-Texte

Après avoir signé sa première victoire sur un Grand Tour il y a quelques jours, le sprinteur français Nacer Bouhanni a aujourd'hui remporté le sprint massif de la septième étape du Giro d'Italie, à Foligno. Lors de l'étape en majorité plane, 5 coureurs ont tenté leur chance de loin, Nicola Boem, Robinson Chalapud, Winner Anacona, Bjorn Thurau et Nathan Haas. Ces derniers finalement repris, le peloton a filé vers l'arrivée. Bouhanni a devancé Nizzolo et Mezgec. Le français récupère du même coup le maillot rouge. Arrivé 4e, l'australien Michale Matthews conserve son maillot rose de leader, probablement pour la dernière fois. En effet, demain, les coureurs seront confrontés à une étape de moyenne montagne entre Foligno et Montecopiolo. Le parcours de l'étape disponible >>>



Palmarès 2013

Séparation Titre-Texte

1.Vincenzo Nibali
2.Rigoberto Uran
3.Cadel Evans

Caractéristiques

Séparation Titre-Texte

Pays : Italie
Nombre d'étapes : 21
Mois : mai
Catégorie : WT GDTOUR


Nos favoris

Séparation Titre-Texte


précédent
  • Tony Gallopin surprend les sprinteurs !

    Séparation Titre-Texte <? echo $timenews; ?>

    17/07/2014

    Comme attendu, il était très difficile de classer l'étape dans une catégorie clairement définie. En effet, avec une première portion de course plutôt plate et une arrivée assez vallonnée à Oyonnax, on pouvait difficilement dresser une liste des favoris. Quatre difficultés étaient notamment disposées dans les 50 derniers kilomètres.

    Contrairement aux précédentes étapes, c'est une échappé plutôt maigre qui a pris le large. En effet, à l'avant on ne retrouve que deux français (A.Delaplace, C.Lemoine), accompagné d'un suisse, Martin Elmiger. L'avance restera faible pour ses trois hommes face à des équipes organisées à l'arrière. L'équipe Cannondale de Peter Sagan et les équipiers de Tom Jelte-Slagter (Garmin-Sharp) mènent un bon train, tandis que Talansky, qui a chuté 2 fois dans la semaine, est retardé, seul, loin du peloton. Ce dernier, après avoir un instant été au bord de l'abandon, a finalement fini par repartir. Il est rentré dans les délais, a plus de 30 minutes du peloton.

    Le peloton s'est ensuite agité à l'approche des premières côtes du jour, la côte de Rogna et la côte de Choux. Nicolas Roche, Tom Slagter, Jan Bakelants, Jesus Hernandez, Cyril Gautier sont quelques noms d'attaquants. Chaque tentative n'aboutira cependant pas et le peloton va donc continuer de se rapprocher des échappés, rejoints dans un premier temps par les attaquants.

    A l'abord de la côte d'Echallon, le rythme va augmenter. Dans la descente, des cassures apparaitront dans le peloton, engendrées par la forte accélération de l'équipe Omega Pharma-Quick Step. La descente sera mise à profit par le coureur français de la Lotto-Belisol, Tony Gallopin, déjà porteur du maillot jaune il y a deux jours. Ce dernier va prendre une dizaine de secondes d'avance qu'il gardera dix kilomètres avant de se faire rejoindre par un trio composé du maillot vert du slovaque Peter Sagan, du rouleur allemand Michael Rogers et du polonais Michal Kwiatowski. A 3km de l'arrivée, le français attaque une nouvelle fois se détache et va résister au retour du peloton. Les sprinteurs Degenkolb et Trentin complèteront le podium.

    Aujourd'hui, les coureurs parcourent actuellement 186km entre Bourg-en-Bresse et Saint-Etienne. Le parcours : Bourg-en-Bresse > Saint-Etienne

    Lire la suite

  • Nibali offensif, Contador quitte les routes !

    Séparation Titre-Texte <? echo $timenews; ?>

    15/07/2014

    Cette dixième étape était le premier grand rendez-vous de la première partie de Tour. En effet, sur le plan physique, les coureurs devaient affronter un nombre important de difficultés dont quatre de première catégorie entre Mulhouse et la Planche des Belles filles.

    Une nouvelle fois, il n'aura pas fallu attendre les tous derniers kilomètres pour assister à la mise en place d'une course de mouvement. Certains favoris et leaders n'hésiteront pas à attaquer de loin. Après quelques kilomètres agités, 10 coureurs sont finalement partis à l'avant. On note notamment les présences de Rodriguez, Voeckler, Sagan et Westra comme têtes de liste, mais aussi Irizar, Visconti, Gérard, Moinard et Barta. Les coureurs en tête vont prendre une petite avance dans les premiers cols de la journée, le Col du Firstplan et le Petit Ballon. Cependant, leur progression sera atténuée par le travail des équipes IAM et Cofidis qui ne sont pas parvenus à glisser un coureur dans l'échappé. Ainsi, la descente du col du Firstplan engendre l'attaque de six hommes, dont Tony Martin, vainqueur de la veille, et Michal Kwiatowski, sixième du général, et donc potentiellement dangereux pour le maillot jaune de Tony Gallopin. Malgré tous les efforts de ses équipiers, Tony Martin parvient à conserver voire augmenter l'écart, se sublimant dans l'exercice de l'effort solitaire.

    Peu avant l'ascension du col du Platzerwasel, un nouvel évènement ébranle toute l'organisation du Tour de France. En effet, suite à une chute d'Alberto Contador, ce dernier va tenter de continuer quelques kilomètres avant d'abandonner, victime d'une fracture du tibia. Bien sûr, après l'abandon de Chris Froome, c'est un autre grand favori qui quitte la course. Malgré les quelques minutes lâchées lors de la première semaine, ce dernier semblait avoir retrouver un bon coup de pédale, à l'approche des massifs montagneux. Son abandon sera préjudiciable, lui qui créait sans cesse de nouvelles dynamiques et stratégies de course.

    A l'avant, les points distribués pour le maillot à pois de meilleur grimpeur sont rudement disputés entre Voeckler et Rodriguez. L'espagnol en sortira vainqueur. Alors que les coureurs approchent du col des Chevrères, avant-dernière difficulté du jour, le groupe à l'avant commence à céder du terrain, face à la fatigue éprouvée par l'impressionnant coureur allemand Tony Martin. Kwiatowski, son leader se porte alors à l'avant, accompagné de Rodriguez et Visconti. Derrière, dans le peloton, les équipiers repositionnent leur leader et le rythme ne cesse d'augmenter. L'écart diminue donc.

    Au début de la Planche des belles filles, ultime difficulté du jour, les favoris ne vont pas se marquer très longtemps. Scarponi assume ses dernières responsabilités envers son leader, Nibali. Ce dernier place alors une attaque. Personne ne pourra suivre. Alors que Rodriguez avait maintenu un bel écart, ce dernier ne pourra pas rivaliser avec le champion italien, tandis que le maillot jaune, Tony Gallopin, cède peu à peu sa tunique. A l'arrivée, Nibali va l'emporter au sommet. Surprenant, Thibaut Pinot parvient à déposer les autres favoris et prend la seconde place. Au compte-goutte arriveront ensuite Valverde, Péraud, Bardet, Van Garderen, Porte... Au final, l'italien Nibali reprend le maillot jaune devant Porte (2'23") et Valverde (2'47"). Les français Bardet, Gallopin et Pinot figurent respectivement 4e (3'01"), 5e (3'12")et 6e (3'47"). Cela augure de bons espoirs pour la suite de la compétition, pour l'instant manifestés par le port du maillot blanc de meilleur jeune pour Romain Bardet devant son compatriote Thibaut Pinot.

    Aujourd'hui se déroule la première journée de repos avant l'étape Besançon-Oyonnax. Le parcours : Besançon > Oyonnax

    Lire la suite

  • Tony Martin exceptionnel, Gallopin en jaune !

    Séparation Titre-Texte <? echo $timenews; ?>

    13/07/2014

    Après une première entrée en matière hier dans les difficultés vosgiennes, le peloton a cette fois-ci rencontré des cols un peu plus exigeants. En effet, entre Gérardmer et Mulhouse, les coureurs ont du affronter 6 difficultés. Les premières pentes vont être rencontrées après seulement 5km de course et le début du col de la Schlucht, au cours duquel une échappé peine à sortir.

    Tony Martin et Alessandro de Marchi parviennent pourtant à prendre quelques longueurs d'avance. Dans le col du Wettstein, 2e difficulté du jour, c'est finalement un groupe de 26 coureurs qui sont partis en contre derrière le duo. Parmi les poursuivants, Joaquim Rodriguez, Daniel Navarro, Tiago Machado, Pierre Rolland, Simon Spilak, Tony Gallopin et Fabian Cancellara sont les principaux noms. Gallopin est le coureur le mieux placé au départ (11e à 3'37").

    Au fil des kilomètres et à la surprise général, le duo va accentuer son avance jusqu'à 2'30". Paradoxalement, le grimpeur italien De Marchi semble fatigué. Tony Martin place alors une accélération dans l'avant dernière difficulté, Le Markstein. Là encore, l'allemand étonne, gagne du temps sur les poursuivants (environ 3 minutes) et sur le peloton (8 minutes). Face à un groupe de poursuite peu efficace, le triple champion du contre-la-montre va maintenir l'écart et gagner en solitaire à Mulhouse.

    Derrière, Tony Gallopin, leader provisoire du classement général, roule avec intensité. Il sera rejoint par Pierre Rolland, visant un replacement au général ou encore Tiago Machado. A l'arrivée, Fabian Cancellara va prendre la seconde place devant Greg Van Avermaet. Le peloton a franchi la ligne près de 8 minutes après Tony Martin, qui remporte du même coup le maillot de meilleur grimpeur. Finalement, c'est le classement général qui se voit le plus influencé par l'étape.

    Demain, les coureurs concluront le tryptique vosgien à l'occasion de l'étape reine alsacienne entre Mulhouse et la Planche des Belles filles.

    Le parcours : Mulhouse > Planche des Belles filles.

    Lire la suite

  • Kadri ouvre le compteur français !

    Séparation Titre-Texte <? echo $timenews; ?>

    12/07/2014

    Cette huitième étape constituait le premier grand rendez-vous montagneux de ce Tour de France 2014. En effet, avec 3 difficultés et des pentes avoisinant les 15% dans les 30 derniers kilomètres, les favoris ont déjà du prendre leur responsabilité sur les hauteurs de Gérardmer.

    Avec le profil ci-dessus, l'identité des favoris du jour est difficilement décelable. En effet, on ne parle pas ici de haute montagne, avec un dénivelé positif de 1800m. On ne parle pas non plus d'une étape vallonnée avec des côtes et cols plutôt longs, excédant parfois 5km d'ascension. Les courageux baroudeurs avaient ainsi toute leur chance, eux qui se lançaient à l'aventure après une première semaine nerveuse et éreintante. Après une longue lutte pour intégrer l'échappé, on a finalement retrouvé 5 coureurs en tête dont Niki Terpstra et Simon Yates, ainsi que des français largement représentés avec le sprinteur de la Cofidis Adrien Petit, le rouleur de l'équipe IAM Sylvain Chavanel ainsi que le grimpeur d'AG2R la Mondiale Blel Kadri.

    Contrairement à toutes les étapes parcourues jusqu'à présent, le peloton à cette fois-ci donné une marge très importante à l'échappé. L'avance atteindra même plus de 11 minutes. De même, le seul enjeux de la première partie d'étape aura été le sprint intermédiaire de Dinozé, où Bryan Coquard est passé devant Marcel Kittel et Peter Sagan. Alors que la victoire semblait promise à l'échappé à l'approche du premier col, le col de la Croix des Moinats (catégorie 2), certaines équipes dont la Saxo-Tinkoff d'Alberto Contador et les Katusha de Simon Spilak et Joaquin Rodriguez nous ont cependant fait douter réduisant l'écart à 5 minutes très rapidement. Face à la baisse d'intensité à l'avant, Sylvain Chavanel attaque dés le pied de l'ascension.

    Il sera rejoint par Blel Kadri puis dépassé. Le toulousain va alors gérer son effort jusqu'à l'arrivée et ne perdra presque aucun temps sur le groupe des favoris pourtant agité par les équipiers d'Alberto Contador. Kadri signe ainsi la plus grande victoire de sa présente carrière et remporte du même coup le maillot à pois de meilleur grimpeur. Dans le col de la Grosse Pierre, certains leaders vont déjà éprouver certaines difficultés : c'est le cas de Jakob Fuglsang, Michal Kwiatowski ou encore Pierre Rolland. Revenus en partie dans la descente, c'est la montée finale vers La Mauselaine (Gérardmer) qui va engendrer les principaux écarts. Contador et Nibali se sont vite retrouvés isolés en tête uniquement pistés par Richie Porte. Juste derrière, les outsiders comme Thibaut Pinot, Jean-Christophe Péraud, Alejandro Valverde ou encore Romain Bardet limitent la casse. Finalement, à l'arrivée, Contador a légèrement décramponné Nibali et Porte. Thibaut Pinot et Jean Christophe Péraud réalisent une belle performance. Bardet a bien géré son effort et termine 9e de l'étape. Sylvain Chavanel, rattrapé, signe la 10e place.

    Demain, les coureurs auront une véritable étape de moyenne montagne en terre alsacienne. Le parcours : Gérardmer > Mulhouse.

    Lire la suite

suivant

Tour de Pologne - Etape 7 : Krakow - Krakow

Séparation Titre-Texte 1
1. Kristof VandewalleBelgique8.30 (pts)
2. Adriano MaloriItalie17.30
3. Steve CummingsGrande-Bretagne26.65
4. Steve MorabitoSuisse15.30
5. Gorka IzagirreEspagne10.50
6. Dario CataldoItalie22.50
7. Jon IzagirreEspagne36.00
8. Bob JungelsLuxembourg10.10
9. Christophe RiblonFrance14.00
10. Michael MatthewsAustralie60.15

Classement actuel

Separation classement-tableau
1. Valverde AlejandroEspagne197.65 (pts)
2. Sagan PeterSlovaquie132.90
3. Contador AlbertoEspagne130.40
4. Nibali VincenzoItalie129.80
5. Kristoff AlexanderNorvege129.80
logo de Ca Roule : Toute l'actualité du cyclisme contact-facebook Ca Roule

Annuaire de sites Net-liens Annuaire.pro Velo
vélo cyclosport passion Vélo 101, le site officiel du Vélo ®
Infos
Ca Roule

Copyright © 2013 Samuel PIERRE