Entête

<<< Etape précédente

Etape suivante >>>



Tour de France Etape 3 : Cambridge - Londres

Séparation Titre-Texte

Cambridge > Londres Plaine (159 km)

Séparation Titre-Texte

Cette troisième étape es symbolique. En effet, avec une arrivée dans la capitale britannique, celle-ci ne sera pas sans rappeler les Jeux Olympiques de Londres 2012. Le départ sera donné au Sud de Cambridge. L'étape mènera à Londres sur un parcours totalement plat. Aucun difficulté n'est d'ailleurs recensée. Outre le final de l'étape, le seul point stratégique du parcours se situera à Epping Forest, à l'occasion du sprint intermédiaire de l'étape. Sur le podium, au final, on devrait logiquement retrouver les sprinteurs en tête. Cavendish pourrait de même se rattraper après l'échec des JO, il y a 2 ans.


Evènement

Séparation Titre-Texte

Légende

Séparation Titre-Texte

depart : départ
arrivée : arrivée
Difficultés : Côtes ou cols
Point chronométrique : Point chronométrique
sprint : Sprint intermédiaire
pavé : Secteur pavé
hors-catégorie : Col Hors-catégorie
catégorie 1 : Col de catégorie 1
catégorie 2 : Côtes ou cols de catégorie 2
catégorie 3 : Côtes de catégorie 3
catégorie 4 : Côtes de catégorie 4

departKm 0 : Cambridge
sprintKm 108 : Epping Forest
arriveeKm 155 : Londres

Résultat

Séparation Titre-Texte

1. Marcel KittelAllemagne80.80(pts)
2. Peter SaganSlovaquie132.90
3. Mark RenshawAustralie34.45
4. Bryan CoquardFrance49.60
5. Alexander KristoffNorvege129.80
6. Danny Van PoppelPays-Bas24.20
7. Heinrich HausslerAllemagne11.60
8. José Joaquin Rojas GilEspagne40.10
9. Romain FeilluFrance4.70
10. Daniel OssItalie4.30

Tour de France 2014 >>>

Séparation Titre-Texte

Pays : France
Mois : juillet
Catégorie : WT GDTOUR


Kittel double déjà la mise !

juillet

7

Séparation Titre-Texte

Ce début de Tour de France n'est pas sans rappeler l'entame du Giro d'Italie au mois de mai. En effet, dans ces trois premiers jours de course, Kittel vient de conclure une seconde victoire, tout comme sur l'épreuve italienne. On espère pour l'allemand que la comparaison s'arrêtera là, lui qui avait été contraint d'abandonner.

Cette troisième étape entre Cambridge et Londres ne disposait d'aucune difficulté majeure. Même la "courte" distance (155km) du parcours ne semblait pas en mesure de mettre en difficulté certains coureurs. A la vue du profil, le seul principal obstacle résidait dans la gestion du sprint intermédiaire d'une part, et de l'arrivée à Londres sous la pluie d'autre part. Seuls 2 coureurs tenteront une échappé, pourtant promise à l'échec. Le français Jean Marc Bideau et le Tchèque Jan Barta essaieront de tromper la vigilance du peloton.

Le tchèque résistera longtemps avant de se faire reprendre à 6km de l'arrivée. Dans le peloton, la première bagarre a eu lieu lors du sprint intermédiaire à Epping Forest à 47km de l'arrivée, où le français Bryan Coquard a devancé le slovaque Peter Sagan.

L'arrivée à Londres a donné lieu à un sprint devant le Buckingham Palace, dominé par l'équipe Giant Shimano. C'est le sprinteur allemand Marcel Kittel qui a incarné cette domination. Ce dernier a devancé Peter Sagan et Mark Renshaw. Bryan Coquard signe son deuxième top 5 de ce Tour de France : résultat prometteur à l'approche d'autres étapes plates. Arnaud Démare n'est pas parvenu à bien se placer et ne finit donc qu'à une décevante 14e place.



précédent
  • Tony Gallopin surprend les sprinteurs !

    Séparation Titre-Texte <? echo $timenews; ?>

    17/07/2014

    Comme attendu, il était très difficile de classer l'étape dans une catégorie clairement définie. En effet, avec une première portion de course plutôt plate et une arrivée assez vallonnée à Oyonnax, on pouvait difficilement dresser une liste des favoris. Quatre difficultés étaient notamment disposées dans les 50 derniers kilomètres.

    Contrairement aux précédentes étapes, c'est une échappé plutôt maigre qui a pris le large. En effet, à l'avant on ne retrouve que deux français (A.Delaplace, C.Lemoine), accompagné d'un suisse, Martin Elmiger. L'avance restera faible pour ses trois hommes face à des équipes organisées à l'arrière. L'équipe Cannondale de Peter Sagan et les équipiers de Tom Jelte-Slagter (Garmin-Sharp) mènent un bon train, tandis que Talansky, qui a chuté 2 fois dans la semaine, est retardé, seul, loin du peloton. Ce dernier, après avoir un instant été au bord de l'abandon, a finalement fini par repartir. Il est rentré dans les délais, a plus de 30 minutes du peloton.

    Le peloton s'est ensuite agité à l'approche des premières côtes du jour, la côte de Rogna et la côte de Choux. Nicolas Roche, Tom Slagter, Jan Bakelants, Jesus Hernandez, Cyril Gautier sont quelques noms d'attaquants. Chaque tentative n'aboutira cependant pas et le peloton va donc continuer de se rapprocher des échappés, rejoints dans un premier temps par les attaquants.

    A l'abord de la côte d'Echallon, le rythme va augmenter. Dans la descente, des cassures apparaitront dans le peloton, engendrées par la forte accélération de l'équipe Omega Pharma-Quick Step. La descente sera mise à profit par le coureur français de la Lotto-Belisol, Tony Gallopin, déjà porteur du maillot jaune il y a deux jours. Ce dernier va prendre une dizaine de secondes d'avance qu'il gardera dix kilomètres avant de se faire rejoindre par un trio composé du maillot vert du slovaque Peter Sagan, du rouleur allemand Michael Rogers et du polonais Michal Kwiatowski. A 3km de l'arrivée, le français attaque une nouvelle fois se détache et va résister au retour du peloton. Les sprinteurs Degenkolb et Trentin complèteront le podium.

    Aujourd'hui, les coureurs parcourent actuellement 186km entre Bourg-en-Bresse et Saint-Etienne. Le parcours : Bourg-en-Bresse > Saint-Etienne

    Lire la suite

  • Nibali offensif, Contador quitte les routes !

    Séparation Titre-Texte <? echo $timenews; ?>

    15/07/2014

    Cette dixième étape était le premier grand rendez-vous de la première partie de Tour. En effet, sur le plan physique, les coureurs devaient affronter un nombre important de difficultés dont quatre de première catégorie entre Mulhouse et la Planche des Belles filles.

    Une nouvelle fois, il n'aura pas fallu attendre les tous derniers kilomètres pour assister à la mise en place d'une course de mouvement. Certains favoris et leaders n'hésiteront pas à attaquer de loin. Après quelques kilomètres agités, 10 coureurs sont finalement partis à l'avant. On note notamment les présences de Rodriguez, Voeckler, Sagan et Westra comme têtes de liste, mais aussi Irizar, Visconti, Gérard, Moinard et Barta. Les coureurs en tête vont prendre une petite avance dans les premiers cols de la journée, le Col du Firstplan et le Petit Ballon. Cependant, leur progression sera atténuée par le travail des équipes IAM et Cofidis qui ne sont pas parvenus à glisser un coureur dans l'échappé. Ainsi, la descente du col du Firstplan engendre l'attaque de six hommes, dont Tony Martin, vainqueur de la veille, et Michal Kwiatowski, sixième du général, et donc potentiellement dangereux pour le maillot jaune de Tony Gallopin. Malgré tous les efforts de ses équipiers, Tony Martin parvient à conserver voire augmenter l'écart, se sublimant dans l'exercice de l'effort solitaire.

    Peu avant l'ascension du col du Platzerwasel, un nouvel évènement ébranle toute l'organisation du Tour de France. En effet, suite à une chute d'Alberto Contador, ce dernier va tenter de continuer quelques kilomètres avant d'abandonner, victime d'une fracture du tibia. Bien sûr, après l'abandon de Chris Froome, c'est un autre grand favori qui quitte la course. Malgré les quelques minutes lâchées lors de la première semaine, ce dernier semblait avoir retrouver un bon coup de pédale, à l'approche des massifs montagneux. Son abandon sera préjudiciable, lui qui créait sans cesse de nouvelles dynamiques et stratégies de course.

    A l'avant, les points distribués pour le maillot à pois de meilleur grimpeur sont rudement disputés entre Voeckler et Rodriguez. L'espagnol en sortira vainqueur. Alors que les coureurs approchent du col des Chevrères, avant-dernière difficulté du jour, le groupe à l'avant commence à céder du terrain, face à la fatigue éprouvée par l'impressionnant coureur allemand Tony Martin. Kwiatowski, son leader se porte alors à l'avant, accompagné de Rodriguez et Visconti. Derrière, dans le peloton, les équipiers repositionnent leur leader et le rythme ne cesse d'augmenter. L'écart diminue donc.

    Au début de la Planche des belles filles, ultime difficulté du jour, les favoris ne vont pas se marquer très longtemps. Scarponi assume ses dernières responsabilités envers son leader, Nibali. Ce dernier place alors une attaque. Personne ne pourra suivre. Alors que Rodriguez avait maintenu un bel écart, ce dernier ne pourra pas rivaliser avec le champion italien, tandis que le maillot jaune, Tony Gallopin, cède peu à peu sa tunique. A l'arrivée, Nibali va l'emporter au sommet. Surprenant, Thibaut Pinot parvient à déposer les autres favoris et prend la seconde place. Au compte-goutte arriveront ensuite Valverde, Péraud, Bardet, Van Garderen, Porte... Au final, l'italien Nibali reprend le maillot jaune devant Porte (2'23") et Valverde (2'47"). Les français Bardet, Gallopin et Pinot figurent respectivement 4e (3'01"), 5e (3'12")et 6e (3'47"). Cela augure de bons espoirs pour la suite de la compétition, pour l'instant manifestés par le port du maillot blanc de meilleur jeune pour Romain Bardet devant son compatriote Thibaut Pinot.

    Aujourd'hui se déroule la première journée de repos avant l'étape Besançon-Oyonnax. Le parcours : Besançon > Oyonnax

    Lire la suite

  • Tony Martin exceptionnel, Gallopin en jaune !

    Séparation Titre-Texte <? echo $timenews; ?>

    13/07/2014

    Après une première entrée en matière hier dans les difficultés vosgiennes, le peloton a cette fois-ci rencontré des cols un peu plus exigeants. En effet, entre Gérardmer et Mulhouse, les coureurs ont du affronter 6 difficultés. Les premières pentes vont être rencontrées après seulement 5km de course et le début du col de la Schlucht, au cours duquel une échappé peine à sortir.

    Tony Martin et Alessandro de Marchi parviennent pourtant à prendre quelques longueurs d'avance. Dans le col du Wettstein, 2e difficulté du jour, c'est finalement un groupe de 26 coureurs qui sont partis en contre derrière le duo. Parmi les poursuivants, Joaquim Rodriguez, Daniel Navarro, Tiago Machado, Pierre Rolland, Simon Spilak, Tony Gallopin et Fabian Cancellara sont les principaux noms. Gallopin est le coureur le mieux placé au départ (11e à 3'37").

    Au fil des kilomètres et à la surprise général, le duo va accentuer son avance jusqu'à 2'30". Paradoxalement, le grimpeur italien De Marchi semble fatigué. Tony Martin place alors une accélération dans l'avant dernière difficulté, Le Markstein. Là encore, l'allemand étonne, gagne du temps sur les poursuivants (environ 3 minutes) et sur le peloton (8 minutes). Face à un groupe de poursuite peu efficace, le triple champion du contre-la-montre va maintenir l'écart et gagner en solitaire à Mulhouse.

    Derrière, Tony Gallopin, leader provisoire du classement général, roule avec intensité. Il sera rejoint par Pierre Rolland, visant un replacement au général ou encore Tiago Machado. A l'arrivée, Fabian Cancellara va prendre la seconde place devant Greg Van Avermaet. Le peloton a franchi la ligne près de 8 minutes après Tony Martin, qui remporte du même coup le maillot de meilleur grimpeur. Finalement, c'est le classement général qui se voit le plus influencé par l'étape.

    Demain, les coureurs concluront le tryptique vosgien à l'occasion de l'étape reine alsacienne entre Mulhouse et la Planche des Belles filles.

    Le parcours : Mulhouse > Planche des Belles filles.

    Lire la suite

  • Kadri ouvre le compteur français !

    Séparation Titre-Texte <? echo $timenews; ?>

    12/07/2014

    Cette huitième étape constituait le premier grand rendez-vous montagneux de ce Tour de France 2014. En effet, avec 3 difficultés et des pentes avoisinant les 15% dans les 30 derniers kilomètres, les favoris ont déjà du prendre leur responsabilité sur les hauteurs de Gérardmer.

    Avec le profil ci-dessus, l'identité des favoris du jour est difficilement décelable. En effet, on ne parle pas ici de haute montagne, avec un dénivelé positif de 1800m. On ne parle pas non plus d'une étape vallonnée avec des côtes et cols plutôt longs, excédant parfois 5km d'ascension. Les courageux baroudeurs avaient ainsi toute leur chance, eux qui se lançaient à l'aventure après une première semaine nerveuse et éreintante. Après une longue lutte pour intégrer l'échappé, on a finalement retrouvé 5 coureurs en tête dont Niki Terpstra et Simon Yates, ainsi que des français largement représentés avec le sprinteur de la Cofidis Adrien Petit, le rouleur de l'équipe IAM Sylvain Chavanel ainsi que le grimpeur d'AG2R la Mondiale Blel Kadri.

    Contrairement à toutes les étapes parcourues jusqu'à présent, le peloton à cette fois-ci donné une marge très importante à l'échappé. L'avance atteindra même plus de 11 minutes. De même, le seul enjeux de la première partie d'étape aura été le sprint intermédiaire de Dinozé, où Bryan Coquard est passé devant Marcel Kittel et Peter Sagan. Alors que la victoire semblait promise à l'échappé à l'approche du premier col, le col de la Croix des Moinats (catégorie 2), certaines équipes dont la Saxo-Tinkoff d'Alberto Contador et les Katusha de Simon Spilak et Joaquin Rodriguez nous ont cependant fait douter réduisant l'écart à 5 minutes très rapidement. Face à la baisse d'intensité à l'avant, Sylvain Chavanel attaque dés le pied de l'ascension.

    Il sera rejoint par Blel Kadri puis dépassé. Le toulousain va alors gérer son effort jusqu'à l'arrivée et ne perdra presque aucun temps sur le groupe des favoris pourtant agité par les équipiers d'Alberto Contador. Kadri signe ainsi la plus grande victoire de sa présente carrière et remporte du même coup le maillot à pois de meilleur grimpeur. Dans le col de la Grosse Pierre, certains leaders vont déjà éprouver certaines difficultés : c'est le cas de Jakob Fuglsang, Michal Kwiatowski ou encore Pierre Rolland. Revenus en partie dans la descente, c'est la montée finale vers La Mauselaine (Gérardmer) qui va engendrer les principaux écarts. Contador et Nibali se sont vite retrouvés isolés en tête uniquement pistés par Richie Porte. Juste derrière, les outsiders comme Thibaut Pinot, Jean-Christophe Péraud, Alejandro Valverde ou encore Romain Bardet limitent la casse. Finalement, à l'arrivée, Contador a légèrement décramponné Nibali et Porte. Thibaut Pinot et Jean Christophe Péraud réalisent une belle performance. Bardet a bien géré son effort et termine 9e de l'étape. Sylvain Chavanel, rattrapé, signe la 10e place.

    Demain, les coureurs auront une véritable étape de moyenne montagne en terre alsacienne. Le parcours : Gérardmer > Mulhouse.

    Lire la suite

suivant

Tour de Pologne - Etape 7 : Krakow - Krakow

Séparation Titre-Texte 1
1. Kristof VandewalleBelgique8.30 (pts)
2. Adriano MaloriItalie17.30
3. Steve CummingsGrande-Bretagne26.65
4. Steve MorabitoSuisse15.30
5. Gorka IzagirreEspagne10.50
6. Dario CataldoItalie22.50
7. Jon IzagirreEspagne36.00
8. Bob JungelsLuxembourg10.10
9. Christophe RiblonFrance14.00
10. Michael MatthewsAustralie60.15

Classement actuel

Separation classement-tableau
1. Valverde AlejandroEspagne197.65 (pts)
2. Sagan PeterSlovaquie132.90
3. Contador AlbertoEspagne130.40
4. Nibali VincenzoItalie129.80
5. Kristoff AlexanderNorvege129.80
logo de Ca Roule : Toute l'actualité du cyclisme contact-facebook Ca Roule

Annuaire de sites Net-liens Annuaire.pro Velo
vélo cyclosport passion Vélo 101, le site officiel du Vélo ®
Infos
Ca Roule

Copyright © 2013 Samuel PIERRE